Protéger les victimes de la Captivité Conjugale : La Loi Séparatisme / Protecting the victims of marital captivity: the Loi Séperatisme

SCROLL DOWN FOR ENGLISH

Le 25 mars, les amendements de la “loi Séparatisme” seront déposés et examinés, puis discutés publiquement au Sénat français à partir du 30 mars. La proposition de loi s’attaque à la polygamie, aux mariages forcés et aux attestations de virginité. Autant de pratiques néfastes pour la sécurité et la protection des femmes. En tant que femmes musulmanes et organisation luttant pour les droits des femmes, nous dénonçons ces injustices. Nous soutenons votre approche vigoureuse et directe pour mettre fin à ces formes de violences perpétrées envers les femmes.  Cependant, nous vous demandons, Mesdames et Messieurs les Sénateurs, de considérer la captivité conjugale comme une violence exercée dans la sphère privée. Nous vous demandons de l’inclure dans la loi afin de protéger les victimes de la captivité conjugale. 

L’intime est politique. Les luttes, la douleur et les voix des victimes de la captivité conjugale doivent être entendues. Et nos droits humains sauvegardés et protégés par l’Etat français. La “loi Séparatisme”  conforte et protège nos droits humains. Cependant, nous vous demandons, Mesdames et Messieurs les Sénateurs, de considérer la captivité conjugale comme une violence dans la sphère privée, et de l’inclure dans la loi Séparatisme. Tout comme les femmes ont le droit de choisir qui elles épousent, elles devraient également avoir le droit de choisir de divorcer d’avec qui elles ne veulent plus être. 

Nous, Femmes For Freedom, avons travaillé en collaboration avec Renew Europe au Parlement européen. En 2018, nous avons publié un plan d’action concernant les mesures et les actions que tous les États européens devraient prendre pour assurer la pleine protection des droits humains des femmes victimes de la captivité conjugale ; la poursuite forcée du mariage. Nous vous demandons d’inclure ces recommandations comme conseillé en 2018.  

Nous vous demandons, Mesdames et Messieurs les Sénateurs, de considérer et d’inclure la captivité conjugale comme une injustice, comme une pratique nuisible, comme une violence contre les femmes dans la sphère privée.

On the 25th of March the amendments of the “loi Séparatisme” will be tabled and examined and later publicly discussed in the French Senate. The proposal rigorously tackles the issues of polygamy, forced marriage, and proof of virginity. All harmful practices concerning the safety and the protection of women. We as Muslim women and as an organization that fights for women’s rights identify closely with these injustices. We support your vigorous and immediate approach in ending these forms of violence perpetuated towards women.  However, we ask you senators to consider and include marital captivity as violence enacted in the private sphere. We ask you to include it in the law to protect victims of marital captivity. 

The personal is political. The struggles, the pain, and the voices of victims of marital captivity should be heard. Our human rights should be safeguarded and protected by the French State. The “loi Séparatisme” adheres, complies, and commits to the insurance of our human rights. However, we ask you senators to consider and include marital captivity as violence in the private sphere, to include it in the “loi Séparatisme”. Just as women have the right to choose who they marry, they should also have the right to choose to divorce who they wish to no longer be with. 

We Femmes For Freedom have worked together with Renew Europe at the European Parliament. In 2018, we published an action plan concerning the measures and actions in which all European States should take on to ensure the full protection of the human rights of women who are victims of marital captivity; forced continuation of marriage. We ask you to include such recommendations as advised in 2018.  

We ask you senators to consider and include marital captivity as an injustice, as a harmful practice, as violence against women in the private sphere.